Twitter Facebook Youtube
Le Président de la Commission de la CEDEAO a pris part à la Réunion de Haut Niveau sur les crises alimentaires et nutritionnelles dans les régions du sahel et du lac Tchad

S.E. Jean Claude Kassi BROU, Président de la Commission de la CEDEAO a participé ce mercredi 06 avril 2022 à la Réunion de Haut Niveau sur les crises alimentaires et nutritionnelles dans les régions du sahel et du lac Tchad. Co-organisée par le Club du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest, l’Union européenne et le Réseau mondial contre les crises alimentaires, Cette réunion qui s’est tenue au Centre de Conférence de l’OCDE à Paris, en France, a porté sur le thème : « Crises alimentaires et nutritionnelles dans les régions du sahel et du lac Tchad : agir maintenant et mieux se mobiliser à l’avenir en Afrique de l’ouest ».

 

La cérémonie d’ouverture de cette réunion a été marquée par une allocution de S.E Mohammed BAZOUM ; le Président de la République du Niger qui est intervenue par visioconférence. Cette consultation en format hybride (présentielle et visioconférence), qui a vu la participation de hauts représentants des partenaires techniques et financiers, des États sahéliens et ouest-africains, des organisations régionales (CEDEAO, UEMOA, CILSS, G5-Sahel…) visait deux objectifs.

 

Il s’agissait notamment de, (i) Mobiliser une assistance d’urgence alimentaire et nutritionnelle au profit des populations les plus menacées dans les pays du Sahel et du bassin du lac Tchad (Burkina Faso, Cameroun, Mali, Mauritanie, Niger, Nigeria et Tchad), qui concentrent 92% des personnes en proie à la crise alimentaire et nutritionnelle et (ii) Renouveler un engagement politique fort en faveur de politiques structurelles à mettre en œuvre pour adresser les causes sous-jacentes aux crises alimentaires et nutritionnelles, et intégrant les dimensions humanitaires, développement et paix.

 

Intervenant au cours de cette rencontre, le Président de la commission de la CEDEAO a salué cette assise qui est une plateforme de rencontres et d’échanges directs entre les pays africains et les principaux partenaires au développement. Il est également revenu sur les efforts consentis par la CEDEAO pour offrir une protection sociale appropriée à ses populations à travers la mise en place en 2012 d’une réserve régionale de sécurité alimentaire comme instrument commun de solidarité et d’apport de soutiens aux populations dans les pays affectés par la crise alimentaire. Ce système régional de réserve, selon le Président Jean Claude Kassi BROU, est conçu à trois niveaux ; qui sont : (i) le niveau de proximité au niveau des communautés, (ii) le niveau des pays avec la mise en place d’organismes nationaux de stockage et (iii) le niveau régional.

 

La CEDEAO a toujours, selon lui, clôturé la première phase de l’opérationnalisation de cette réserve en décembre 2021 avec le soutien financier de l’Union Européenne, et l‘assistance technique de l’AFD et de l’AECID. « Elle aura permis depuis 2016, d’apporter des appuis aux populations vulnérables au nord du Nigeria, au Mali, au Burkina et au Niger et touché globalement plus de 3 millions de personnes en situation alimentaire difficile, et très affectées par les conséquences du changement climatique, du terrorisme, du banditisme et des conflits intercommunautaires », a déclaré le Président de la Commission de la CEDEAO.

 

Le Président Jean Claude Kassi Brou a également soulevé les facteurs exacerbant la situation alimentaire, notamment : les impacts de la COVID-19, le changement climatique, l’insécurité et le conflit russo-ukrainien. Face à cette situation, la CEDEAO travaille parallèlement sur deux domaines prioritaires a-t-il indiqué. Le premier domaine prioritaire porte sur les actions d’urgence pour venir en aide aux populations affectées par l’insécurité alimentaire, ce, en complément aux efforts en cours déployés par les gouvernements et les communautés locales elles-mêmes. Quant au second domaine, il porte sur la poursuite de la mobilisation au niveau régional, des investissements structurants pour renforcer la résilience des systèmes agroalimentaires en Afrique de l’Ouest et au Sahel.

 

Le Président de la Commission de la CEDEAO a terminé ses propos par un appel à l’endroit des partenaires : « la CEDEAO en appelle déjà au soutien de tous nos partenaires bilatéraux et multilatéraux dont le Système des Nations Unies en charge des questions humanitaires pour qu’ils se constituent en tiers payants auprès de la réserve régionale pour assurer à la fois l’assistance aux populations touchées et pérenniser la réserve. D’autre part, la CEDEAO sollicite les donateurs pour abonder en ressources le guichet de la réserve financière de la réserve régionale domicilié à la BIDC en vue de promouvoir les achats de produits locaux dans les zones excédentaires au profit des zones déficitaires dans notre Région ».

 

Il est important de préciser que pour la troisième année consécutive, les pays du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest subissent une crise alimentaire et nutritionnelle majeure. Si des mesures appropriées ne sont pas prises, la faim et la malnutrition pourraient menacer 33.4 millions de personnes d’ici la soudure 2022.

 

La délégation du Président de la Commission de la CEDEAO à cette réunion, était composée du Commissaire Sékou SANGARE de la CEDEAO en charge de l’Agriculture, de l’Environnement et des Ressources en Eau, de S.E Jonas HEMOU, le Représentant Permanent de la CEDEAO auprès de l’Union Européenne et de Madame Patricia ANOMA, le Conseiller Spécial à l’Economie du Président de la Commission de la CEDEAO.

Partager sur:

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Youtube Instgram