Twitter Facebook Youtube
La CEDEAO renforce les capacités des Experts en électricité de la Guinée Bissau, du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Sénégal et du Togo

La CEDEAO renforce les capacités des Experts en électricité de la Guinée Bissau, du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Sénégal et du Togo sur l’électrification rurale par la Technique du monophasé en moyenne tension dite MALT dans le cadre des projets d’accès ECOWAS-REAP et BEST financés par la Banque Mondiale.

 

La Commission de la CEDEAO et la Banque Mondiale, en collaboration avec la Société Tunisienne d’Electricité et de Gaz International Services (STEG International Services) ont organisé du 30 mai au 10 juin 2022, un voyage d’études en Tunisie sur l’électrification rurale par la Technique du monophasé en moyenne tension dite MALT. Ce voyage qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Projet Régional d’Accès à l’Electricité de la CEDEAO (ECOWAS-REAP) et du Projet Régional d’Electrification et Technologie de Stockage d’Energie par Batteries de la CEDEAO (BEST), tous deux financés par la Banque mondiale, avait pour objectifs de permettre aux pays bénéficiaires d’avoir une meilleure connaissance de la technologie MALT, ensuite d’apprécier son impact sur l’accélération de l’électrification et enfin, d’analyser les modalités de son adoption par chacun des pays dans le cadre desdits projets.

Pour l’histoire, cette technologie a permis à la Tunisie de passer d’un taux d’électrification rurale de 6% en 1976 à un taux de 99% de nos jours. Le système MALT consiste à construire le réseau moyenne tension avec une ossature principale triphasée en 3 phases + neutre raccordé et des dérivations en monophasé. Le neutre est distribué et mis à la terre au niveau de chaque pylône.

Les avantages de cette technologie sont, entre autres : (i) la réduction des coûts par l’utilisation de transformateurs monophasés avec une gamme adaptée de puissance ; (ii) l’utilisation de supports allégés notamment pour les lignes en monophasé avec un effort inférieur à celui destinés au réseau triphasé, (iii) la réduction du réseau BT avec des pertes d’énergie réduite, (iv) l’utilisation d’équipements de coupure et de protection simplifiés dont le coût est relativement faible par rapport au coût des protections installés dans les systèmes triphasés classiques, (v) la limitation du nombre d’abonnés affectés par un défaut réduisant le taux de l’énergie non distribuée, etc. Tous ces ajustements permettent de réaliser l’électrification à moindre coût avec des taux de réduction en moyenne de 20% à 25%, et de connecter un maximum de population au réseau électrique.

Durant ce voyage d’étude, les participants ont pu: (i) être édifiés sur la stratégie et le mode de planification de la Tunisie pour l’électrification à moindre coût, (ii) s’imprégner de la configuration du réseau monophasé tunisien et son système de protection, (iii) visiter des unités industrielles alimentées à partir d’un réseau monophasé, (iv) visiter des usines de fabrication de câbles, de supports métalliques, de compteurs triphasé et monophasé, de transformateurs triphasé et monophasé, (v) visiter le Centre de formation aux métiers de l’électricité de STEG.

Le faible taux d’accès à l’électricité étant l’un des défis majeurs de la région avec près de 180 millions de personnes sans électricité, l’application de la technologie MALT couplée au niveau de ressource mobilisable par nos pays permettra d’atteindre l’accès universel dans des délais courts.

Au terme de cette visite, les participants ont indiqué avoir une idée plus claire de la technologie MALT. Ils ont souligné la flexibilité d’exploitation du réseau monophasé, l’optimisation de coût générée par l’adoption de cette technologie et le bénéfice réel qu’elle pourrait apporter dans la mise en œuvre des projets ECOWAS-REAP et BEST, et globalement dans leur stratégie d’électrification rurale. Ils ont exprimé leur volonté de mener la réflexion dans leur pays respectif, avec les outils donnés par STEG à travers des études de planification et d’adaptation de leur réseau électrique. Ce voyage conduit par Monsieur DABIRE Bayaornibè, Directeur de l’Energie et des Mines de la CEDEAO a vu la participation des Représentants des Ministères en charge de l’Energie, des Directeurs en charge du Transport / Distribution / Electrification rurale des sociétés d’électricité, des Coordonnateurs et Ingénieurs en électricité des Unités Nationales de Mise en œuvre de plusieurs pays bénéficiaires des projets ECOWAS-REAP et BEST à savoir : la Guinée Bissau, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal et le Togo. Le Coordonnateur et l’ingénieur électricien de l’Unité Régionale de Coordination, des Professionnels de la Direction de l’Energie et des Mines et de la Direction en charge des Dons de la CEDEAO, ainsi que les responsables des deux projets au niveau de la Banque mondiale ont également participé audit voyage d’étude.

Pour rappel, le Projet régional d’accès à l’électricité de la CEDEAO (ECOWAS-REAP) vise à améliorer la connexion au réseau électrique de 1.1 millions de ménages dans l’espace CEDEAO. D’une valeur de 225 millions USD financés par la Banque mondiale, il concerne trois Etats à savoir le Mali, la Gambie et la Guinée Bissau. Le projet permettra l’électrification de 298 localités en Gambie, 66 localités en Guinée Bissau et 214 localités au Mali ainsi que 152 000 connexions sur l’ensemble des trois pays et les travaux de levées topographiques sont en cours.

Quant au projet d’accès à l’Electricité et Technologie de Stockage d’Energie par Batterie (BEST), il constitue la 2ème phase du projet ECOWAS-REAP avec un coût global de US$ 465 millions financés par la Banque mondiale. Dans sa composante ‘’Stockage d’Energie par Batteries’’, le projet implique trois (3) pays (Côte d’Ivoire, Mali, et Niger) et permettra d’installer une capacité de stockage de 205 MWh. Concernant la Composante ‘’Accès à l’électricité’’, elle concerne également trois (3) pays (Niger, Sénégal et Mauritanie) et permettra la réalisation de 235.000 connexions au réseau électrique et l’électrification de plus de 1000 localités. L’étude de faisabilité de la composante ‘’Batteries de stockage d’énergie’’ est achevée. Celle de la composante ‘’Accès à l’électricité’’ est en cours et permettra d’obtenir la liste finale des localités à électrifier par pays. Le recrutement de deux ingénieurs conseils (une par composante) est également en cours. Les composantes liées à l’accès à l’électricité des deux projets susvisés intègrent le MALT dans leur mise en œuvre.

Partager sur:

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Youtube Instgram