Twitter Facebook Youtube
Les Directeurs en charge de la Protection de l’Enfant et des Droits Humains plaident pour une meilleure coopération transnationale dans la lutte contre la traite des enfants dans l’espace CEDEAO.

Banjul, la capitale de la Gambie abrite depuis le 23 Mai 2022, une rencontre des directeurs en charge de la protection des enfants et des droits humains, regroupant les pays bénéficiaires du projet d’appui à la protection des enfants victimes de violation de leurs droits (PAPEV). Cette réunion initiée par la CEDEAO à travers son Centre pour le Développement du Genre et le Bureau régional du Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme (HCDH) pour l’Afrique de l’Ouest se tient en prélude à la Conférence de Haut niveau des ministres en charge du genre et de la protection des enfants des Etats membres de la CEDEAO et bénéficiaires du PAPEV, prévu pour le 26 Mai 2022 à Banjul.

Panel

Officiellement lancée par Mme Bintou H. K. FATTY, Directrice de l’Enfance du Ministère de la Femme, de l’Enfant et de la Protection sociale de la Gambie, au nom de sa Ministre de tutelle, la cérémonie d’ouverture de cet atelier a été une opportunité pour elle de rappeler les attentes à l’entame des travaux : « Nous espérons que ce dialogue sera un tremplin vers la création d’un consensus plus large autour des approches émergentes réussies et d’une voie à suivre pour les décideurs politiques, les chercheurs afin de créer en tant qu’Africains, un monde où chaque enfant peut grandir et s’épanouir dans la dignité ; où la violence et les abus envers les enfants sont légalement interdits et socialement inacceptables ». En effet, cette rencontre technique a pour but de partager les expériences des pays et de leurs partenaires et de définir les actions prioritaires de plaidoyer dans la prise en charge de la problématique de la mobilité transnationale des enfants victimes de traite et de violation de leurs droits.

Dr. Siga Fatima JAGNE, Commissaire en charge des Affaires Sociales et Genre

Présente lors de cette cérémonie d’ouverture, l’Honorable Dr. Siga Fatima JAGNE, Commissaire en charge des Affaires Sociales et Genre de la Commission de la CEDEAO, au nom de Son Excellence Jean Claude Kassi BROU, Président de la Commission de la CEDEAO, a insisté sur l’importance d’une approche régionale pour l’harmonisation des cadres juridiques et institutionnels relatifs à la protection de l’enfance et la promotion de leurs droits dans les pays bénéficiaires. « Les violations et abus des droits de l’enfant ont un impact négatif sur les perspectives de développement de la région dans son ensemble, et plus spécifiquement sur l’intégration régionale ainsi que sur le maintien de l’équilibre social et la construction d’un espace sûr et pacifique dans l’espace CEDEAO. C’est pourquoi je considère le projet PAPEV comme une intervention très opportune qui aura un impact positif sur nos efforts de développement en tant que Communauté. Dans le même ordre d’idées, cette réunion arrive au bon moment, car elle permet de créer un espace pour nous engager plus résolument à échanger des idées et à partager les bonnes pratiques dans la lutte contre l’exploitation et la violation des droits de l’enfant, de manière durable dans notre région », a précisé la Commissaire JAGNE dans son allocution.

Abondant dans le même sens, Mme Aminata KEBE, Coordinatrice Régionale du PAPEV, s’exprimant au nom de M. Andrea ORI, Directeur Régional du HCDH, a rappelé les progrès réalisés par le projet, à travers principalement le soutien des réformes juridiques et institutionnelles des pays bénéficiaires mais aussi la mise en œuvre des recommandations des mécanismes de protection des droits de l’homme. Selon Mme Kebe, cela a permis : «le renforcement de l’accès et la qualité des services avec l’équipement de près de 47 centres d’accueils d’enfants dans les pays bénéficiaires, la fourniture de près de 3330 kits de dignité aux enfants pour la protection contre la COVID-19 », mais aussi et surtout «le soutien à l’identification et la réintégration familiale de 125 enfants entre le Sénégal, la Gambie ; la Guinée et la Guinée Bissau».

 

Ces résultats sont le fruit d’un partenariat qui a réuni les gouvernements et les partenaires régionaux comme le Réseau pour la protection des enfants en mobilité transnationale en Afrique de l’Ouest.

 

L’originalité du PAPEV réside dans le fait qu’il s’agit du premier projet régional de protection des enfants qui couvre la Gambie, la Guinée, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger et le Sénégal. D’après M. Kajali SONKO, le Président du comité de Pilotage en Gambie, l’harmonisation et la domestication des cadres régionaux, sous-régionaux et internationaux de protection de l’enfance ne suffisent pas.  Selon lui, les acteurs « doivent garantir que les politiques approuvées et les engagements pris par les États membres sont suivis et mis en œuvre comme prévu et par-dessus tout, assurer qu’un financement adéquat est disponible pour la mise en œuvre du PAPEV dans sa deuxième phase de mise en œuvre ».

Pour sa part, Mme Eugenia PISANI, Chargée de Programme à l’Agence Italienne pour la Coopération au Développement (AICS), principal partenaire financier du projet, s’est félicité de la tenue de cette réunion et des progrès réalisés par le projet depuis son lancement.

Pour rappel, le PAPEV est une initiative du Bureau régionale du HCDH pour l’Afrique de l’Ouest qui vise à accompagner les Etats à renforcer leur système national de protection des enfants et promouvoir la coopération transnationale dans la protection des enfants victimes de violation de leurs droits.

Partager sur:

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Youtube Instgram