Twitter Facebook Youtube
La CEDEAO inaugure le Centre d’Information de la Police togolaise (CIPT) dans le cadre du programme du  » Système d’Information Policière d’Afrique de l’Ouest (SIPAO)»

La Cedeao et le gouvernement du Togo, représenté par son Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le Général Damehane YARK, ont procédé ce vendredi 29 avril 2022, à l’inauguration du Centre d’Information Policière du Togo, CIPT. C’était au siège de l’annexe du Ministère de l’Intérieur et de la Protection Civile, dans le cadre du programme « Système d’Information Policière d’Afrique de l’Ouest (SIPAO) ».

                        .

Le Chef de coopération de la Délégation de l’Union européenne, M. Hugo VAN TILBORG, le Représentant Résident de la CEDEAO au Togo, S.E.M. BARROS Bacar Banjai, ainsi que le Directeur appui opérationnel et analyse d’INTERPOL, M. Cyril GOUT, le Chef du programme SIPAO, M. Richard GOTWE, plusieurs Ambassadeurs basés à Lomé et divers responsables des services chargés de l’application de la loi au Togo ont également pris part à cette cérémonie.

 

Le CIPT est le centre national de collecte et d’enregistrement de données de police, qui sera chargé au Togo de la gestion du Système d’Information Policière d’Afrique de l’Ouest (SIPAO). Ce centre jouera un rôle de catalyseur pour le renforcement de la sécurité et des synergies entre les agences chargées de l’application de la loi dans le pays, en les réunissant dans le processus de collecte, stockage et partage de données de police aux niveaux national, régional et mondial, via le canal de communication sécurisé I-24/7 d’INTERPOL.

 

Le CIPT facilitera ainsi le travail au quotidien des agents en première ligne dans le cadre d’enquêtes criminelles, mais aussi dans le traitement des mouvements de personnes et de marchandises aux points de passage frontaliers. Le CIPT de Lomé est le 9ème centre national de données qui devient opérationnel dans le cadre du SIPAO en Afrique de l’Ouest, après le Bénin, le Burkina Faso, la Gambie, le Ghana, le Mali, la Mauritanie le Niger et le Nigeria. D’autres inaugurations sont prévues dans les semaines à venir dans les autres pays de la sous-région membres du SIPAO.

Souhaitant la bienvenue aux participants à la cérémonie d’inauguration, le point focal national, le Commissaire divisionnaire DEDJI Messan Awoh a remercié les partenaires pour les efforts employés dans l’atteinte de cet objectif et la mise en oeuvre du SIPAO au Togo.

 

Saluant l’engagement politique et opérationnel du gouvernement Togolais, le Directeur appui opérationnel et analyse d’INTERPOL, M. Cyril GOUT, a rappelé que l’inauguration du CIPT est une étape clé de la mise en oeuvre Programme SIPAO : « Ce centre permet aux forces de l’ordre Togolaises de renforcer les liens avec la communauté internationale dans le cadre de la lutte contre la criminalité organisée et le terrorisme. INTERPOL continuera ses formations et son support pour rendre le CIPT le véritable cerveau de l’information policière au Togo ».

 

Dans la foulée, le Représentant Résident de la CEDEAO, S.E.M. BARROS Bacar Banjai a salué les efforts du gouvernement Togolais dans la mise en oeuvre du SIPAO tout en les exhortant à mettre en oeuvre lesmesures nécessaires pour assurer la pérennisation du Système notamment la publication de la loi 2010 de de la CEDEAO sur la protection des données à caractère personnel.

 

A son tour, le Chef de coopération de la Délégation de l’Union européenne à Lomé, M. Hugo VAN TILBORG, a évoqué la forte attention que l’Union européenne et ses Etats membres portent pour les secteurs de la sécurité, de l’application de la loi et de la justice au Togo et dans les autres pays de la sous-région, confrontés aux défis de la criminalité transnationale, des trafics illicites et du terrorisme : « Avec notre soutien, le programme SIPAO a atteint une étape clé : le CIPT de Lomé constituera un outil précieux pour les efforts des forces de sécurité du Togo et renforcera la sécurité de la sous-région ».

 

Concluant la cérémonie, le Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Général Damehane YARK, a rassuré les partenaires quant à son engagement personnel ainsi que celui du gouvernement togolais à faire du SIPAO un outil incontournable dans l’architecture sécuritaire du Togo dans le cadre de la lutte contre la criminalité transnationale et le terrorisme.

 

Le Togo a rejoint le programme SIPAO en 2017 au cours de sa 3e phase de mise en oeuvre financé par le 11e fonds européen de développement (FED). Le pays a signé le protocole d’accord le 14 mars 2019 et tous les textes y afférents en octobre 2021. Depuis lors, plusieurs sessions de formation ont été organisées à l’intention des agences chargées de l’application de la loi et plusieurs postes de travail ont été déployés à Lomé et installés entre autres dans les unités de la Police Nationale, de la Douane, de la Gendarmerie ou encore à l’Office Central de Répression du Traffic Illicite des Drogues et du Blanchiment (OCRTIDB).

 

Le SIPAO occupera une place importante dans l’architecture sécuritaire du Togo puisqu’il permettra de fournir immédiatement aux services d’enquêtes, les renseignements utiles sur les antécédents judiciaires de toute personne poursuivie, mais aussi de retrouver des personnes recherchées, des armes, des véhicules et d’autres objets d’intérêt des enquêteurs. A travers des renseignements statistiques sur le niveau de criminalité, le SIPAO permettra par ailleurs aux autorités compétentes de prendre des mesures appropriées.

 

Financé par l’Union européenne, sous l’égide de la Commission de la CEDEAO, et implémenté par INTERPOL, le programme SIPAO vise la création de systèmes nationaux de données policières dans chaque État membre de la CEDEAO, en Mauritanie et au Tchad, ainsi que la mise en place d’une plateforme régionale et la possibilité d’une connexion aux bases de données mondiales d’INTERPOL via le système I-24/7, pour un échange accru de données. Les quinze (15) pays de la CEDEAO bénéficiaires du programme SIPAO sont : Bénin, Burkina Faso, Cabo Verde, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Libéria, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone et Togo. Bien que n’étant pas des états membres de la CEDEAO, la Mauritanie et le Tchad sont également bénéficiaires du Programme SIPAO.

Partager sur:

Twitter Facebook Google Plus Linkedin Youtube Instgram